Ecotaxe, qu’est-ce que c’est ?

8 décembre 2013

L’écotaxe, comme la taxe carbone en son temps, fait l’objet d’une fronde très hostile.

Pourtant, cette taxe, sur les rails depuis 2009, faisait l’objet à l’époque consensus parmi les acteurs politiques et sociaux. A croire qu’à la première difficulté, c’est les mesures en faveur du développement durable qui trinquent. Mais au fait qu’est-ce vraiment ? Le point en plusieurs questions :

  • Qui est concerné ?
  • Combien cela va rapporter ?
  • Pourquoi la fronde ?
  • Est-ce une exception en Europe ?
  • Quels sont ses avantages principaux ?

Portail Ecotaxe

Lire l’article


La Taxe Carbone (2/2)

8 mars 2010

… La Taxe Carbone suit un véritable parcours du combattant pour s’imposer en France.

 Le modèle suèdois : Instaurée en 1991 en Suède, la taxe carbone est rentrée dans les moeurs. Les émissions de CO2 y ont diminuées de 9% alors que la croissance a augmentée de presque 50%. Notons que la taxe carbone suèdoise diffère bien de la version française. Tout d’abord, aucune redistribution n’est appliquée, cette taxe est entièrement comprise dans la fiscalité suèdoise. Ensuite, la Suède, en 1991, a lancé une taxe à 27 € la tonne de CO2 (contre 17 € en France), et cette taxe  atteint aujourd’hui 108 € la tonne. Bien qu’assez perplexe après la présentation du possible modèle français, assez complexe, le gouvernement suèdois considère qu’il s’agit toutefois d’un bon début.

En France, on en pense quoi ? Difficile de savoir. Alors que nombreux sont les français admettant que les enjeux environnementaux ( et énergétiques ? je l’espère ) sont importants, ils sont souvent réticents à appliquer des mesures concrètes à ce sujet. Pourtant les aides multiples du gouvernement se développent pour améliorer l’efficacité énergétique du pays, n’est-il pas normal qu’un source financière aparaisse lorsque cela ne va pas dans le bon sens ?

Le grand argument des opposants politiques à cette taxe est : « Cette taxe est largement impopulaire ». Je me permets de poser une question, pensez-y objectivement : Vous avez déjà vu une taxe populaire ?

Article complet


La Taxe Carbone (1/2)

24 février 2010

Adoptée, rejetée par le Conseil Constitutionnel, la Taxe Carbone en France suit un parcours du combattant …

Actualité : La Taxe Carbone, mesure principale du dernier Grenelle de l’Environnement et mesure phare du programme vert de M.Sarkozy a du mal a sortir des cartons. Rejetée par le Conseil Constitutionnel à cause de sa non-application au domaine industriel, la taxe  carbone s’accroche.

Objectif de la taxe carbone : L’objectif de la taxe carbone est pourtant louable. En sanctionnant proportionnelement les plus gros émetteurs de CO2, cette taxe a pour but de diminuer le recours aux énergies fossiles, en poussant vers un changement technologique et vers une modification des habitudes de consommation.

Le problème industriel : Le premier projet évinçait nombre d’entreprises pour éviter d’handicaper des secteurs soumis à la concurrence internationale. Il faudrait en effet pour contrer cela une taxe carbone mondiale. A mon avis, ce serait le plus interessant, on prendrait ainsi en compte la distance producteur-consommateur économiquement. Cela devrait permettre le retour à une économie locale, plutôt que de gaspiller énormement d’énergie en carburant. Et d’ailleurs, sûr que les délocalisations seraient repensées. Mais bon, redescendons sur terre et revenons à notre taxe carbone nationale. Un autre moyen d’équilibrer la concurrence avec l’étranger serait d’installer des mesures douanières compensatrices, mais là encore l’OMC est stricte : cela passerait donc aussi par des négociations mondiales.

En parallèle, je trouve que cette taxe appliquée aux professionnels n’est pas exagérée, si l’on tient compte de la suppression probable de la taxe professionnelle. C’était une petite parenthèse, à mon niveau de simple citoyen, l’ensemble du système financier français ne peut que m’échapper.

Article complet


La Finlande taxe la non-émission de CO2.

14 avril 2009

La Finlande a annoncé fin mars la création du taxe sur le nucléaire pour non-émission de CO2.

Annoncer une mesure pareille, alors que la création d’une taxe carbone d’envergure fait débat, il fallait oser. Le gouvernement déclare qu’il ne s’agit nullement de plomber le nucléaire pour équilibrer la concurrence avec les producteurs plus émetteurs (qui restent toujours taxés sur leurs émissions de CO2). Le gouvernement explique que le nucléaire a simplement profité d’avantages financiers conséquents en Finlande, et que ce surplus pouvait bien être utile à quelque chose d’autre. Bref, il s’agit ni plus ni moins que d’un prélèvement dans les bénéfices.

Cela n’est pas le premier cas de ce type en Finlande, la production hydroélectrique (17% de la production électrique contre 27% pour le nucléaire) étant déjà elle aussi taxée de cette manière, et de la même manière qu’en Suède. On parle d’une taxe allant  jusqu’à 10 €/MWh, applicable sur les 2700 MWh nationaux. Des dizaines de millions d’euros sont attendus sur une année, sans que cela affecte le coût du kWh pour le particulier.