Climatiser en faisant transpirer les immeubles

30 novembre 2012

Un laboratoire suisse développe un matériau permettant de climatiser de manière passive des immeubles.

La climatisation, en pleine expansion, est un secteur gourmand en énergie. L’institut fédéral suisse de technologie de Zurich (lien) propose un matériau qui copie le principe de la transpiration : Quand le corps subit une forte augmentation de température, la transpiration s’enclenche, et c’est utilisant l’énergie thermique du corps humain (donc en le refroidissant) que la sueur va s’évaporer.

Le polymère utilisé (répondant au nom barbare de Poly-N-isopropylacrylamide) a la particularité d’absorber l’eau en-dessous de 32°C, mais de l’évacuer au-dessus de ces même 32°C, entraînant le processus d’évaporation, et donc de refroidissement, le tout sans électricité. Les premiers test en laboratoire ont été un succès (abaissement d’une température de 60 à 35°C avec seulement quelques millimètres de produit). On attend à présent un test sur de plus grand édifices.

Bien entendu, le domaine d’application à l’heure actuelle est assez limité, étant donné l’échelle de température et l’important besoin en eau. Cette technologie a aujourd’hui un intérêt certain dans les pays tropicaux, là où humidité et température atteignent des niveaux élevés. Cela tombe bien, ce matériau se révélerait en plus plutôt bon marché.

Publicités

Un nouveau matériau pour récupérer l’énergie des gaz d’échappements

22 novembre 2012

Une équipe de l’université de Northwestern (US) a créé le matériau thermoélectrique le plus efficace jamais conçu.

Le matériau en question, mélange de tellurure de plomb et de strontium, affiche un rendement de 15 à 20% quand il s’agit de transformer la chaleur directement en électricité. Il s’agit du meilleur rendement jamais atteint par un matériau thermoélectrique, puisque les technologies existantes affiche un rendement moyen de 5%… Il fonctionnerait de manière optimale à 600°C, et serait stable et durable dans le temps.

Rappelons que 90% de l’énergie mondiale est créée à partir de l’énergie thermique, mais que le rendement moyen global est autour de 30-40 %, c’est plus de la moitié de l’énergie thermique que l’on ne parvient pas à récupérer au niveau mondial ! Une étude récente avait d’ailleurs calculé que cette perte se chiffrait au niveau européen à la somme astronomique de 500 milliards d’euros (article du 18/04/12). Autant dire que cette recherche d’efficacité énergétique est un enjeu particulièrement important.

Ici, la première application imaginée pour ce matériau est son utilisation dans les pots d’échappements, sujet sur lequel travaillent déjà les gros constructeurs automobiles. Mais gageons que les secteurs de production d’énergie vont s’y intéresser aussi.


Objectifs de la RT 2012

20 juillet 2010

La Réglementation Thermique 2012 promet une grande avancée dans le secteur du bâtiment.

La nouvelle réglementation RT 2012, sortie tout droit des cartons du Grenelle de l’Environnement, promet de grandes évolutions énergétiques dans le bâtiment. Et il en est temps : A lui tout seul, le bâtiment représente plus de 40% de la consommation d’énergie en France, représentant environ 2 tonnes de CO2 rejetées par habitant et par an. Par comparaison, c’est comme si chaque français avait fait 16 fois le trajet Paris-Marseille en voiture individuelle (rejet moyen d’une voiture en France : 160g/km).

La RT 2012 fixe notamment comme objectif une consommation maximum pour les nouveaux logements de 50 kWh/m²/an, la moyenne actuelle étant aux alentours de 260 kWh/m²/an ! Si on regarde la réglementation actuelle, il s’agit en fait de ne construire plus que des Bâtiments Basse Consommation (BBC). Et c’est tout à fait faisable, les méthodes sont nombreuses, connues et complémentaires :

  • Conception réfléchie dans la forme globale du bâtiment. (implantation et orientation).
  • Isolation performante du bâtiment (murs et vitrages), avec retour à l’isolation extérieure.
  • Ventilation améliorée, grâce notament à la VMC double flux.
  • Système de chauffage performant (Pompe à chaleur, chaudière bois, gaz à condensation).
  • Utilisation de matériaux renouvelables, de proximité.
  • Intégration des énergies renouvelables (le solaire thermique est devenu incontournable).

Bien entendu cela entraîne une augmentation du coût de construction, de l’ordre de 10 à 15%, mais à relativiser du fait de l’immense économie engendrée sur le long terme. La généralisation et la mise en place avancée de la RT2012 en 2011 aux bâtiments tertiaires et publics devraient aider à la baisse des prix.


Nouveau matériau aluminium-résine-aluminium

21 juin 2010

 Kobe Steel, une grande firme japonaise du secteur des matériaux et des machines industrielles, a annoncé la création d’un nouveau matériau aux propriétés intéressantes.

C’est à l’exposition Automotive Engineering Exposition de Yokohama que Kobe Steel a présenté son nouveau matériau composé de deux couches d’aluminium séparées d’une couche de résine. Isolant thermiquement, ce matériau à l’avantage d’être aussi résistant que l’acier, tout en était 5 fois plus léger. Et si la soudure n’est pas possible avec, des techniques de collage devraient être à même de travailler correctement le matériau.

Rappelons que la masse des ensembles mécaniques est déterminant pour la consommation d’énergie nécessaire. C’est pourquoi il devrait intéresser fortement les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique. Kobe Steel espère le vendre à un prix inférieur à l’aluminium classique.