Les énergies renouvelables dépasseraient le gaz pour la fourniture d’électricité d’ici 2016

9 septembre 2013

L’AIE (Agence Internationale de l’Energie) a fait une conférence à New York en juin 2013 concernant les énergies renouvelables. Une information a fait l’effet d’une bombe : En 2018, les énergies renouvelables devraient fournir 25% de l’électricité mondiale. Inattendue d’autant que l’AIE, depuis 5 ans, annonce un âge d’or du gaz.

Aujourd’hui, elle prévoit que les renouvelables supplanteront le gaz dans le bouquet électrique dès 2016.

Notons que les énergies renouvelables sont portées à l’échelle mondiale par l’hydraulique et l’éolien, et particulièrement par la Chine (voir graphiques).

Projection énergies renouvelables dans le monde AIE 2013

L’AIE en a profité pour annoncer que le développement des énergies renouvelables à travers le monde est en phase avec celui prévu dans le scénario « moins de 2°C » concernant le réchauffement climatique. A priori, une bonne nouvelle donc.

Projection énergies renouvelables AIE 2013

L’AIE trouve que certains signes sont particulièrement encourageants :

  • l’accélération de la croissance dans le monde,
  • la parité réseau sur certaines énergies dans différents endroits,
  • les débuts prometteurs des énergies marines.

Mais elle souligne aussi quelques difficultés :

  • le ralentissement des volontés politiques européennes,
  • les lourdeurs administratives,
  • la concurrence rude du charbon et du gaz de schiste américain,
  • et enfin le soutien aux énergies fossiles (aides 6 fois plus importantes que pour l’ensemble des énergies renouvelables).

Rapport de projection des énergies renouvelables pour 2018 – AIE.


Bientôt le photovoltaïque organique ?

1 septembre 2013

Le Photovoltaïque Organique sera-t-il pour bientôt un matériau courant dans l’industrie ?

OPV film

Le photovoltaïque organique (OPV, ou photovoltaïque de 3ème génération) présente de nombreux avantages, à commencer par son mode de fabrication. Il s’agit d’« imprimer » des couches fines de molécules courantes (comme le carbone, et l’azote, d’ailleurs simples à recycler) avec des techniques ne nécessitant pas de température élevées. Potentiellement déjà, cela signifie une production à coûts réduits, avec un retour énergétique court (durée de fonctionnement nécessaire pour compenser l’énergie pour sa fabrication). Simple et flexibles, ces OPV peuvent s’installer facilement, sans surpoids sur les structures, et ont plusieurs couleurs possibles (actuellement rouge, bleu, vert, semi-transparent).

En revanche, leur rendements s’avèrent moins bons que le photovoltaïque classique (4 à 6%, contre 10 à 15%), les grosses installations de productions électriques s’en passeront, et la durée de vie bien plus courts (3-5 ans). De nombreux produits à durée de vies courtes pourraient s’en satisfaire.

En fin de compte, ils sont plus légers, plus flexibles, de formes et de couleurs variables, et potentiellement moins coûteux à produire que ceux de la filière classique. Parmi les différentes applications possibles, les OPV seraient intéressants dans différentes situations :

  • Les systèmes embarqués lourds (véhicules)
  • Les systèmes embarqués légers (sacs à dos)
  • L’amélioration des performances d’appareils demandant de l’autonomie (téléphones, ordinateurs)
  • L’application sur des matériaux de toutes sortes (parois, fenêtres)

Actuellement, la filière est en phase de pré-industrialisation, les chercheurs travaillant toujours sur le rendement des OPV, sur les différentes couleurs, le prolongement de la durée de vie, et surtout le mode de fabrication.

Quelques entreprises travaillant dessus : DisaSolar, Heliatek, Dracula Technologies…


L’économie verte : source d’emploi pour 2013

24 janvier 2013

L’ADEME a fait ses comptes pour 2013 et annonce 310.000 emplois directs dans l’économie verte.

Elle s’attend ainsi à 220.000 emplois dans le domaine de l’efficacité énergétique et 90.000 dans les énergies renouvelables. On retrouve dans le détail :

  • 104.900 emplois dans le BTP (dans l’efficacité énergétique).
  • 85.000 dans les transports (collectifs notamment).
  • 18.000 dans le photovoltaïque.
  • 10.000 dans l’éolien.

logoademe

Un gros secteur d’emploi, mais qui assez inégal pris dans le détail. Au général, dans l’efficacité énergétique, on observe une hausse de 10% en deux ans. Mais pour les énergies renouvelables, il y a une petite chute, essentiellement due aux décisions politiques plus restrictive sur l’éolien et le photovoltaïque. Ce dernier en particulier ayant vu ses effectifs passer de 32.500 emplois à… 18.000, en deux ans.

On attend avec impatience les énergies marines, pour compléter ce classement d’ici quelques années.


« Et si on parlait énergie ? » – Bilan 2012

1 janvier 2013

L’éolien dans le monde et dans les gratte-ciels, les biocarburants en Europe, le Solarwall, la VMC2F Inventair : Voici les articles les plus consultés sur ce site en 2012.

  1. Bilan de l’éolien en 2011 (14/07/2012) : Sur fond de crise économique, le marché de l’éolien a ralenti mais poursuit toujours sa progression…
  2. La production européenne de biocarburants baisse alors que la demande augmente (02/01/2012) : Les producteurs européens de biocarburant font face à une forte concurrence, essentiellement venue d’Asie…
  3. Inventair :  VMC double flux sans tuyau (23/01/2012) : Voici une technologie VMC double flux étonnante, une alternative sans tuyaux, idéal pour la rénovation…
  4. Un gratte-ciel avec des éoliennes (16/05/2010) : Londres inaugure la Strata Tower, un gratte-ciel résidentiel comptant 3 éoliennes en son sommet…
  5. Solarwall, avoir de l’air chaud simplement (17/10/2010) : La technologie SolarWall utilise l’énergie solaire pour chauffer l’air alimentant la ventilation des grands bâtiments…

« Polytech Nantes », « éoliennes », et « biocarburants » forment le top 3 des recherches qui vous ont menés sur ce site en 2012.

Bonne année à tous !

cropped-baniere.jpg


Bilan de l’éolien en 2011

14 juillet 2012

Sur fond de crise économique, le marché de l’éolien a ralenti mais poursuit toujours sa progression.

En Chine, le plus gros marché au monde, 18000 MW ont été installé contre 19000 l’année précédente. Cela s’explique notamment par une volonté gouvernementale de mieux encadrer la croissance de leur marché. Les Etats-Unis ont eux installé 6810 MW (contre 5116 MW), le marché a repris des couleurs, mais on attend de savoir si le crédit d’impôt concernant l’énergie éolienne sera renouvellée fin 2012.

Du côté de l’UE, on comptabilise en 2011 environ 9,4 GW relié au réseau en 2011 (contre 9,9 en 2012, soit un ralentissement de 5,9%), portant la puissance installé dans l’UE à 94 GW, ce qui a tout de même permis d’augmenter en un an la capacité de production éolienne de 10% en Europe. Ce ralentissement s’explique par la crise économique et l’encadrement plus stricte dans les différents pays de l’UE, notamment en France, où le Grenelle II a eu un impact très négatif sur la filière.

En revanche ce qui se cache en Europe, c’est un décollage presque imminent de l’éolien offshore. Les phases de test arrivent à échéances, les marchés sont lancés, les fillières industrielles sont en phase de préparation et de coordination. Le Royaume-Uni est le plus actif, mais l’Allemagne arrive à grand pas, et la France lance ses industries. L’éolien offshore, représente ainsi 3,8GW installé pour l’année 2011 (+26%) et devrait atteindre une puissance installée au niveau européen de 9 GW d’ici 3 ans !

Au niveau de la production, l’éolien a fourni à l’Europe 172 TWh en 2011, contre 149 TWh lors de la décevante année 2010. Cela fait un taux de charge moyen de 22%. La production éolienne en Europe atteint ainsi 5% de la production d’énergie totale. Chaque européen a donc utilisé pour 373 kWh d’électricité éolienne par an, en moyenne (soit grossièrement l’équivalent de la consommation d’un frigo).


Solar Impulse traverse les mers

6 juin 2012

Solar Impulse, l’avion solaire, a fait son premier voyage intercontinental en joignant Madrid à Rabat, le tout sans carburant.

Et une performance de plus à l’actif de Bertrand Piccard, co-fondateur du projet. Après un premier vol de nuit en juillet 2010 (26 heures), et un premier vol international en mai 2011 (Suisse-Belgique : 13 heures), voilà à présent à son actif le premier voyage aérien intercontinental réalisé uniquement à partir d’énergie renouvelables.

Pour rappel, d’une envergure de 63,4m (comme un Airbus 340) pour seulement 1600 kg, l’avion Solar Impulse est équipé de 12.000 cellules photovoltaïques pour stocker l’énergie solaire dans des batteries, qui les redistribue aux 4 moteurs électriques de l’appareil (40 CV au total).

L’objectif n’est évidemment pas de faire avancer nos avions de lignes avec les énergies renouvelables, mais de prouver le fort potentiel de ces nouvelles énergies.

Solar impulse a terminé son périple ce mardi 05 juin 2012, après environ 17 heures de vol. La prochaine étape sera de poursuivre vers Ouarzazate, lieu où sera construite la future centrale solaire marocaine. Tout un symbole.

lien


Apple s’engage dans l’énergie verte

3 juin 2012

Après avoir été pointé du doigt par Greenpeace pour la pollution due à ses activités, Apple réagit.

En avril dernier, Greenpeace avait fait un comparatif de 14 géants de l’informatique et de l’internet. Manque de transparence, origine des consommations d’énergie et investissement dans les énergies renouvelables étaient passés au crible dans cette étude (voir le communiqué).

Apple, Microsoft et Amazon avaient été particulièrement égratignés par ce rapport. En réaction, Apple vient d’annoncer que son  datacenter de Maiden (Caroline du nord), dédié à l’hébergement de l’ iCloud sera alimenté à 100% par des énergies renouvelables. Apple annonce que d’ici la fin de l’année, son site produira 60% d’énergie renouvelable et achètera les 40% restants à d’autres producteurs écologiques locaux.

Il faut savoir que les services informatiques représenteraient à présent 2% des rejets de CO2 mondiaux (loin de l’industrie et du transport bien entendu), mais ce chiffre évolue très rapidement.

Notons que le rapport a souligné les efforts de Google, de Facebook et de Yahoo dans le développement des énergies renouvelables et de leurs travaux sur l’efficacité énergétiques.