Sources des réseaux de chaleur

8 avril 2013

Les réseaux de chaleur représentent le moyen optimal d’utiliser l’énergie thermique d’énergies renouvelables telles la géothermie et la biomasse. Développés en France à partir des années 50 dans certaines grandes agglomérations (Paris, Grenoble, Strasbourg), l’intérêt pour ce type de réseaux continue d’augmenter en France, comme ailleurs.

Réseau de chaleur Paris L’association AMORCE (association pour la gestion des déchets, de l’énergie, et des réseaux de chaleur) conclue dans une de ces études qu’un réseau alimenté aux énergies renouvelables ou aux énergies de récupération (ENRR) est actuellement la solution « la plus compétitive ».

Cette déclaration mérite bien sûr un peu de recul étant donné le but de l’association, sachant que les coûts peuvent varier énormément d’une configuration à l’autre. Mais dans l’ensemble tout le monde s’y accorde, et cela s’est vu dans les objectifs du Grenelle en 2007 : l’objectif fixé est la multiplication par 3 du nombre de logements raccordés à des réseaux de chaleur d’ici 2020, avec 75% d’entre eux alimentés par les ENRR.

Grenelle-objectif réseaux

A l’heure actuelle, la France dispose d’environ 450 réseaux (chaleur + froid), étendus sur 3.300 km, répartis sur 350 villes, et fournissant environ 6 % de la chaleur consommée dans le résidentiel et dans le tertiaire. En revanche, seuls 2% des logements sont alimentés par les ENRR.

Quelles sont les sources possibles pour les réseaux de chaleur ?

  1. Les Chaudières centrales dédiées au réseaux.
  2. Les Centrales de productions électriques thermiques. On utilise ici la cogénération pour produire à la fois de l’électricité et de la chaleur.
  3. Les Data-centers. En informatique, l’un des problèmes principaux est la bonne évacuation de la chaleur générée par les équipements. La chaleur est là, plus qu’à l’utiliser.
  4. Les Centrales nucléaires. Le potentiel thermique en France est énorme, et inexploité. Pourtant, avec la cogénération et en acceptant une légère baisse de la production électrique d’ordre nucléaire, on pourrait augmenter de manière considérable le rendement global d’une centrale nucléaire.
  5. Tout un ensemble de procédés fournissant de la chaleur en énergie fatale, industries ou incinérateurs de déchets.

Y a du choix !

Publicités

Gaspillage de chaleur en Europe : 500 milliards d’euros.

18 avril 2012

Une étude a chiffré l’énergie  sous forme de chaleur non exploitée.

Equipements industriels, centrales énergétiques, serveurs informatiques, incinérateurs de déchets… Tous ces équipements ont un point commun : ils émettent beaucoup de chaleur, alors que ce n’est pas leur but premier.

Il est tout à fait possible de valoriser cette énergie en desservant des réseaux communs de chaleur, dans les habitats, surtout quand on sait que le chauffage représente environ 37% des besoins énergétiques. Hélas, la majorité des installations à l’heure actuelle se contente de rejeter cette chaleur « aux petits oiseaux », faute aussi à un désintérêt général pour la question.

Jusque là on ne faisait qu’observer cet état de fait, à présent, on l’a chiffré. Une étude européenne, lancé par EuroHeat & Power et le réseau Via Sèva, une association qui promeut les réseaux de froid et de chaleur, nous donne enfin des chiffres. Le résultat est sans appel : La chaleur non récupérée représente un gâchis énergétique équivalent à 500 milliards d’euros !

Cela signifie un gâchis de 1000 euros par européen, et représente à l’heure actuelle environ 8 années de facture d’énergie en France. Espérons que ce chiffre donnera enfin à réfléchir.


Voyage à Fribourg (4/5)

13 avril 2011

Petit tour dans une ville européenne référence sur les questions énergétiques et environnementales.

Petite excursion dans la commune de Fréiamt, à 30km de Fribourg. Au coeur de la forêt noire, cette commune affiche une production énergétique correspondant à environ 130% de sa consommation.

Première visite, une centrale biogaz. Reconverti de l’élevage bovin depuis 2002, une des fermes récupère le lisier des fermes alentours, le hache, le stock, et le laisse fermenter. Le méthane dégagé est utilisé pour alimenter les turbines à gaz, fournissant électricité au réseau public, et chaleur aux autres fermes grâce à la cogénération. Enfin les résidus sont renvoyés aux fermes qui s’en servent comme d’un excellent fertilisant pour leurs terrains. La boucle est bouclée.

Sinon, on retrouve autour des fermes équipés en photovoltaïque, en chauffage bois (la matière première est locale), et un certain nombre d’éoliennes. Notons la coopération entre les villageois, qui ont investit groupés dans la centrale, les réseaux de chaleur, et les éoliennes.

[…]


Fonctionnement d’une Pompe à Chaleur

9 juillet 2010

 

Lire l’article complet (avec explications)


Pourquoi le tonnerre ?

7 juin 2010

Le tonnerre est dû à une forte variation thermique, suivant le passage de la foudre.

Au départ, la foudre est le passage brusque de charges négatives accumulées dans le nuage vers le sol. Le chemin suivi est très mince, de l’ordre de quelques centimètres seulement. Or le passage se fait dans un matériau très isolant : l’air, qui résiste au passage du courant, d’une intensité colossale (jusqu’à 100 000 Ampères !). On assiste alors à une grosse perte d’énergie (par Effet Joule).

La température du canal peut atteindre alors les 30 000 °C en quelques dixièmes de secondes. L’air se dilate brutalement et provoque alors une onde de choc, ce qui produit le tonnerre.