« Et si on parlait Energie ? » – Bilan 2013

1 janvier 2014

Voici les articles les plus consultés sur ce site en 2013.

  1. Bilan de l’éolien en 2011 (14/07/2012) : Sur fond de crise économique, le marché de l’éolien a ralenti mais poursuit toujours sa progression…
  2. Inventair :  VMC double flux sans tuyau (23/01/2012) : Voici une technologie VMC double flux étonnante, une alternative sans tuyaux, idéal pour la rénovation…
  3. Le Diesel Français (2/3) : Une industrie forte, mais un carburant décrié (09/02/2013) : Grâce au développement du diesel en France, l’utilisation du gazole a décollé, ce qui pose à présent un problème sanitaire conséquent…
  4. Les Transformations de l’ Energie (08/06/2013) : Energies thermique, électrique, chimique, nucléaire… Comment l’énergie passe d’un état à un autre ?
  5. Pompe à chaleur, comment ça marche ? (07/07/2010) : Vulgarisons la thermodynamique, comment fonctionne une pompe à chaleur ?

Deux termes en particuliers ont été utilisé dans vos recherches cette année : l’ « éolienne » et le « moteur diesel »

Bonne année à tous !

cropped-baniere.jpg


Investissements d’avenir verts en 2013

13 juillet 2013

investissements d'avenir

Le gouvernement Ayrault a présenté un nouveau plan d’investissement, le développement durable n’est pas oublié.

Le nouveau plan d’investissements, de 12 milliards, qui s’ajoute au 35 milliards du Grand Emprunt lancé en 2010, se réparti comme suit :

  • 3,65 milliard pour la recherche et l’université
  • 2,3 milliard pour la transition énergétique (comprenant la rénovation thermique)
  • 1,7 milliard pour les projets industriels durables
  • 1,5 milliard pour les technologies industrielles de défense
  • 1,3 milliard pour l’aéronautique et l’espace
  • 0,6 milliard pour l’économie numérique
  • 0,55 milliard pour la jeunesse, la formation, et la modernisation de l’Etat
  • 0,4 milliard pour la santé

Cela fait donc au moins 4 milliard consacré d’assez près au développement durable, et un peu plus s’il y a une condition d’ « éco-conditionnalité » dans les autres financement, terme vague employé par le premier ministre dans son allocution.

Le gouvernement était attendu au tournant, surtout après le limogeage de la deuxième ministre de l’environnement et l’énergie, les déclarations sur le gaz de schiste d’Arnaud Montebourg, et d’une manière générale, l’intérêt limité du couple Hollande-Ayrault pour le sujet.

Le groupe EELV admet qu’il s’agit d’un signal positif, et rappelle que le prochain grand rendez-vous déterminant pour la crédibilité du gouvernement sur ce sujet, sera celui de la mise en place d’une fiscalité écologique, qui est programmé pour septembre.


Les Transformations de l’ Energie

8 juin 2013

L’Energie se présente sous diverses formes, et passe d’une forme à l’autre par différentes transformations.

Parmi les différentes formes, on retrouve les énergies thermique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, cinétique, et nucléaire. Il existe différents moyens pour passer d’une énergie à une autre. Certains sont naturels (photosynthèse, muscles), certains sont artificiels (moteurs, éoliennes).

L'Energie passe d'une forme à une autre grâce à différentes transformations.

L’Energie passe d’une forme à une autre grâce à différentes transformations.

Certaines productions d’énergie passent ainsi par plusieurs états avant d’obtenir l’énergie sous la forme souhaitée, exemple d’une centrale nucléaire : L’énergie nucléaire crée une énergie thermique, cela crée de la vapeur d’eau qui entraîne une turbine (énergie mécanique), restituant pour finir une énergie électrique grâce à l’alternateur.

Chaque transformation contient une plus ou moins grande part de pertes, qui impacte le rendement général de la transformation. Dans l’idéal, on essaie tant que possible de réduire le nombre d’étape pour arriver à un même résultat.

Encore un exemple : les lampes. Pour une lampe à incandescence, on utilisait de l’énergie électrique pour chauffer le filament par effet Joule (énergie thermique), dont une partie se transformait en énergie rayonnante pour, enfin, nous éclairer. A présent, les lampes LED passent directement de l’énergie électrique à l’énergie rayonnante, ce qui explique la forte différence de consommation entre les deux technologies.

L’Energie : différentes formes, différents moyens de l’utiliser.


Sources des réseaux de chaleur

8 avril 2013

Les réseaux de chaleur représentent le moyen optimal d’utiliser l’énergie thermique d’énergies renouvelables telles la géothermie et la biomasse. Développés en France à partir des années 50 dans certaines grandes agglomérations (Paris, Grenoble, Strasbourg), l’intérêt pour ce type de réseaux continue d’augmenter en France, comme ailleurs.

Réseau de chaleur Paris L’association AMORCE (association pour la gestion des déchets, de l’énergie, et des réseaux de chaleur) conclue dans une de ces études qu’un réseau alimenté aux énergies renouvelables ou aux énergies de récupération (ENRR) est actuellement la solution « la plus compétitive ».

Cette déclaration mérite bien sûr un peu de recul étant donné le but de l’association, sachant que les coûts peuvent varier énormément d’une configuration à l’autre. Mais dans l’ensemble tout le monde s’y accorde, et cela s’est vu dans les objectifs du Grenelle en 2007 : l’objectif fixé est la multiplication par 3 du nombre de logements raccordés à des réseaux de chaleur d’ici 2020, avec 75% d’entre eux alimentés par les ENRR.

Grenelle-objectif réseaux

A l’heure actuelle, la France dispose d’environ 450 réseaux (chaleur + froid), étendus sur 3.300 km, répartis sur 350 villes, et fournissant environ 6 % de la chaleur consommée dans le résidentiel et dans le tertiaire. En revanche, seuls 2% des logements sont alimentés par les ENRR.

Quelles sont les sources possibles pour les réseaux de chaleur ?

  1. Les Chaudières centrales dédiées au réseaux.
  2. Les Centrales de productions électriques thermiques. On utilise ici la cogénération pour produire à la fois de l’électricité et de la chaleur.
  3. Les Data-centers. En informatique, l’un des problèmes principaux est la bonne évacuation de la chaleur générée par les équipements. La chaleur est là, plus qu’à l’utiliser.
  4. Les Centrales nucléaires. Le potentiel thermique en France est énorme, et inexploité. Pourtant, avec la cogénération et en acceptant une légère baisse de la production électrique d’ordre nucléaire, on pourrait augmenter de manière considérable le rendement global d’une centrale nucléaire.
  5. Tout un ensemble de procédés fournissant de la chaleur en énergie fatale, industries ou incinérateurs de déchets.

Y a du choix !


Le réchauffement climatique fait l’unanimité…

27 mars 2013

… du moins, au sein de la communauté scientifique.

J’ai encore entendu et lu récemment des personnes mettre en doute le réchauffement climatique. De manière gentille (« Il parait que le GIEC a fait une erreur ») aux plus agressives (« Réveillez-vous, c’est qu’un immense f… de g… »). Je ne compte pas les plus naïfs (« Pourtant il fait froid cet hiver… ») qui ont juste besoin d’un peu d’explications.

ImageLa preuve du consensus sur le réchauffement climatique ? Ce graphique, compilant les études admises et publiées par la communauté sur le réchauffement climatique anthropique (dues aux activités de l’homme) depuis 1991.

L’auteur a recherché sur la base « Web of Science » les articles publiés à ce sujet, il peut y avoir des erreurs mais la tendance est importante. En noir, les études qui accréditent la thèse, en rouge celles qui la rejettent.

Conclusion : Les scientifiques sont largement d’accord. Arrêtons d’accorder autant de crédibilité à ceux qui mettent en doute ce consensus.

La question n’est plus de savoir si le climat se réchauffe à cause de l’homme, mais de quelle manière et à quelle vitesse il le fait. Là, les débats sont intenses.


L’économie verte : source d’emploi pour 2013

24 janvier 2013

L’ADEME a fait ses comptes pour 2013 et annonce 310.000 emplois directs dans l’économie verte.

Elle s’attend ainsi à 220.000 emplois dans le domaine de l’efficacité énergétique et 90.000 dans les énergies renouvelables. On retrouve dans le détail :

  • 104.900 emplois dans le BTP (dans l’efficacité énergétique).
  • 85.000 dans les transports (collectifs notamment).
  • 18.000 dans le photovoltaïque.
  • 10.000 dans l’éolien.

logoademe

Un gros secteur d’emploi, mais qui assez inégal pris dans le détail. Au général, dans l’efficacité énergétique, on observe une hausse de 10% en deux ans. Mais pour les énergies renouvelables, il y a une petite chute, essentiellement due aux décisions politiques plus restrictive sur l’éolien et le photovoltaïque. Ce dernier en particulier ayant vu ses effectifs passer de 32.500 emplois à… 18.000, en deux ans.

On attend avec impatience les énergies marines, pour compléter ce classement d’ici quelques années.


Les recherches françaises sur le gaz de schiste auront lieues… en Algérie.

6 janvier 2013

Un accord devrait voir le jour pour permettre aux scientifiques français de faire de la recherche sur l’exploitation du gaz de schiste en Algérie.

Parmi le conclusions du voyage en Algérie de François Hollande et de son impressionnant cortège, voici une information qui était passée discrètement avant les vacances de Noël. C’est Laurent Fabius qui avait dévoilé cette information.

Fabius_BouteflikaOn sait le sujet sensible en France, sujet qui est probablement la ligne rouge à ne pas franchir pour le maintien de l’entente EELV-PS. Alors, bien que François Hollande ait assuré qu’il n’y aurait pas d’exploitation sous son quinquennat, il avait laissé tout de même entendre que la recherche d’une autre méthode d’exploitation pouvait être soutenue, afin de pouvoir un jour contourner la fracturation hydraulique et ses conséquences environnementale désastreuses (voir ici et).

Le pouvoir politique algérien a visiblement beaucoup moins de soucis à tester des méthodes sur son sol, qui pourront lui être profitables sans gros investissement si les recherches aboutissent. Il va sans dire que la population y ignore probablement plus les conséquences faute d’un débat aussi médiatique que celui ayant eu lieu en France… pour le moment en tout cas.

Rappelons que plusieurs études soutienne que le gisement français en gaz de schiste est un des plus important d’Europe. Dans le même temps, un rapport de la Commission européenne évoque une empreinte écologique pour son exploitation bien plus importante que pour le gaz naturel

Pour ne pas bousculer l’opinion, faisons ça chez le voisin. Quand la recherche se donne un petit air colonialiste.