Fracturation hydraulique : la géothermie n’est pas le gaz de schiste !

Les pro-gaz de schistes argumente que la géothermie utilise la méthode de fracturation et dénonce une hypocrisie générale. Mais l’argument ne tient pas.

Que ce soit en géothermie ou pour l’exploitation des gaz de schistes, le but est bien de fracturer la roche (soit pour en retirer du gaz, soit pour y faire passer un fluide caloporteur). L’argument a permis aux défenseurs de cette exploitation d’aller devant le Conseil d’Etat, jugeant d’une rupture d’égalité, puisque la méthode serait la même. Les anti-gaz de schistes s’appuie sur des études géologiques pour montrer que les méthodes diffèrent bien :

  1. Les roches ciblées ne sont pas les mêmes, du côté des hydrocarbures, il faut 500 à 800 bars de pression pour fracturer les roches sédimentaires contenant du méthane. Pour la géothermie, 100 à 300 bars suffisent à percer des roches magmatiques possédant déjà des traces de failles.
  2. Le nombre de puits nécessaire n’a pas de commune mesure. Une exploitation de gaz de schiste nécessite de refaire des puits tous les 2 kilomètres (à chaque fois qu’une réserve s’assèche). En géothermie, quelques puits séparés de quelques dizaines de mètres suffisent.
  3. Le liquide injecté n’a pas la même finalité. L’eau injectée pour les hydrocarbures, contenant divers produits toxiques, se perd régulièrement dans la roche. En géothermie, il s’agit d’une boucle souterraine fermée, et la fracturation initiale ne contient presque que de l’eau douce.
  4. Quand aux risques en sous-sol, la différence est palpable. Selon les études, le risque principal de l’exploitation d’hydrocarbures est la contamination des sols et des nappes phréatiques, la géothermie, plus profonde, entraîne en revanche des risque sismiques, négligeables dans le cas du gaz de schiste.

Fracturation hydraulique

Les deux méthodes n’ont pas les mêmes effets et impacts. Parmi le forcing actuel, notamment des industriels, pour exploiter les gaz de schistes en France, cette argument ne tient donc pas.

Articles de Juin 2011 :  Débat sur le gaz de schistes (partie 1 et partie 2)

Publicités

5 Responses to Fracturation hydraulique : la géothermie n’est pas le gaz de schiste !

  1. Meurant dit :

    Ce qui est gênant c’est le « presque » que de l’eau douce… Ex : « en injectant soit de l’acide chlorhydrique, soit un mélange d’acides organiques ou d’autres mixtures dont la composition est tenue secrète par les pétroliers qui les vendent. » extrait de http://www.larecherche.fr/savoirs/technologie/geothermie-profonde-produit-electricite-01-02-2010-87408

  2. Rémi Rubio dit :

    Bonjour Meurant,
    Merci pour cet article, à la teneur très intéressante, puisqu’il montre que la géothermie n’est pas à l’abri de surprises (bonnes ou mauvaises), et que tout projet a son lot d’imprévus.
    A la lecture de ce texte, et sur votre point en particulier, j’ai surtout le ressenti que l’utilisation de produits chimiques semble avoir été utilisé en tant que plan B, or ce type de plan B fait office de plan A pour les gaz de schistes.

  3. Meurant dit :

    Effectivement ce n’est qu’un ressenti puisque l’utilisation d’acide en géothermie est systématique…

  4. Evelyne dit :

    Bonjour,
    Il semblerait qu’effectivement l’acide chlorhydrique soit utilisé seul systématiquement, pour le colmatage en fin de forage. Dans l’article plus haut en revanche, il s’agissait bien d’une méthode alternative :
    « […] on a donc désormais recours à une autre stimulation, cette fois-ci chimique […] » puis le texte extrait par Meurant.

  5. Rémi Rubio dit :

    L’utilisation d’acide chlorhydrique semble effectivement systématique à la fin « Nous utilisons 10 fois moins d’additifs, en volume et en nombre de produits. Nous employons de l’acide chlorhydrique pour éviter le colmatage une fois le forage terminé. » trouvé ici .
    Après, c’est vrai qu’il y a toujours une utilisation d’additifs hors colmatage, mais d’une manière générale, on est encore loin de la méthode pour la récupération des gaz de schistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :