L’uranium, une énergie « fossile »… et donc épuisable.

L’uranium est assimilable à une énergie fossile : il ne se renouvelle pas. On l’oublie souvent, tout comme on oublie qu’il finira par y avoir épuisement des ressources nécessaire à la fission nucléaire. Ce qu’il faut savoir.

Il existe 3,3 millions de tonnes de réserves d’uranium prouvées et exploitable. L’uranium utilisé aujourd’hui provient pour les 2/3 de ces exploitations, les plus gros producteurs étant le Canada et l’Australie. Le tiers restant provenant de ressources secondaires, dont en premier lieu vient du déstockage nucléaire militaire des grandes puissances, Etats-Unis en tête.

réserve uraniumLa France exploitait aussi des mines, mais la dernière en date a fermé en 2001. C’est en revanche une entreprise française, AREVA, qui est le plus gros producteur au monde.

A quand le Peak Uranium ? A savoir le moment où la demande dépassera l’offre d’uranium ? Difficile de le savoir. Actuellement, on consomme 68.500 tonnes par an, pour une production de 53.700 tonnes. A ce rythme, on considère qu’il reste 70 à 90 ans de réserves mondiales, mais le Peak Uranium pourrait intervenir avant 2020. Et puisque le nucléaire se développe dans le monde, on peut imaginer être à sec d’ici 2050.

Ce point est intéressant au niveau de la politique énergétique à adopter sur le long terme : Etant donné qu’un réacteur à fission est prévue pour une durée de vie de 30 ans, il vaudrait mieux ne plus trop en construire prochainement.

Notons que le prolongement de cette ressource pourrait provenir, encore une fois, de la mer. On estime que 4 millions de tonnes existe dans les océans, mais il y est tellement dilué que le capter relève encore du parcours du combattant.

Publicités

3 Responses to L’uranium, une énergie « fossile »… et donc épuisable.

  1. Mme. Janjan dit :

    l’uranium est une énergie fissile et non fossile!!!

  2. Rémi Rubio dit :

    Oui, c’est une énergie fissile, mais non je n’ai pas fait de faute de frappe !
    Je parle bien d’une énergie fossile, puisque l’uranium, tout comme le charbon ou le pétrole, est une source d’énergie qui ne se renouvelle pas (du moins pas à l’échelle humaine). Ainsi, comme tout les autres sources d’énergie que nous extrayons du sol, il y a bien une limite d’exploitation dans le temps.
    Alors certes, il ne s’agit pas d’une roche issue de la « fossilisation » d’êtres vivants, mais elle entre dans la catégorie des sources d’énergie primaire non-renouvelables.

  3. Sébastien P. dit :

    Ce n’est donc pas une énergie fossile (Définition d’énergie fossile : Energie issue de matières organiques fossilisées provenant d’êtres vivants morts il y a des millions d’années, et contenue dans le sous-sol terrestre). L’uranium est un métal lourd radioactif, un élément présent dans le tableau périodique de Mendeleïev.
    Mais c’est bien une source d’énergie non renouvelable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :